Benvenguda

L'Ardèche, moun poî

article de presse – la Dragonnière de Gau

Classé dans : s) L'ARDECHE MOUN POI — 16 octobre, 2010 @ 13 h 15 min

hebergeur image

hebergeur image

Décrit comme doté d’un sang-froid hors du commun et d’un mental à toute épreuve, le spéléologue Éric Establie,  retrouvé noyé lundi 11 octobre 2010, au terme de huit jours de recherches, était considéré, à 45 ans, comme l’un des meilleurs plongeurs spéléos au monde. Recensé au sein de Spéléo secours français (SSF) depuis quatre ans comme plongeur bénévole (auparavant, les secouristes n’étaient recensés que localement), il était « toujours disponible » pour les opérations de secours complexes, avait souligné, avant l’annonce de sa mort, Éric Zipper, qui a dirigé les opérations du Spéléo secours sur place. Il avait notamment participé en mars 2009 à la remontée du corps sans vie d’un plongeur chevronné dans une rivière souterraine dans le Lot, alors que ce dernier se trouvait à 1.100 mètres de la sortie et par
50 mètres de fond.

Scaphandrier de profession, cet homme athlétique dirigeait une société de travaux maritimes et sous-marins à Cannes. Il était marié et avait un fils de 14 ans auquel il avait transmis sa passion pour la plongée en spéléologie. Christian Mellot, président du spéléo-club de Saint-Vallier-de-Thiey où Éric Establie était licencié depuis de nombreuses années, a rendu hommage, lundi, à « un grand professionnel ». « Il n’a pris aucun risque sur le plan matériel. C’était quelqu’un de très, très gentil, toujours souriant. On est sous le choc », a-t-il déclaré.

Sang-froid absolu

Adhérent du même club, Philippe Assailly, photographe à Grasse, fait partie des cinq spéléologues qui avaient donné l’alerte dimanche soir. Homme d’un sang-froid absolu, Éric Establie, qui avait le souci des sorties méticuleusement préparées et du matériel de pointe, était tout sauf une tête brûlée, a-t-il témoigné. « L’exploration, c’est sa vie, mais pas une façon de se faire valoir, il est très humble. Pourtant, c’est un des meilleurs plongeurs au monde », avait dit Philippe Assailly à un moment où l’espoir de le voir sortir vivant était encore présent.

Éric Establie s’est retrouvé coincé par un éboulis, à 780 mètres de l’entrée d’une cavité des gorges de l’Ardèche qu’il connaissait bien pour en avoir fait des tracés qui font référence, et que l’on peut voir sur le site de Spéléo secours, signés de son nom. Éric Establie avait découvert la source du Platane, dans les gorges de l’Ardèche, ou encore exploré les grottes de la Mescla, dans les gorges du Var par 139 mètres de fond, a rappelé son ami.

http://www.speleo-secours-francais.com/index.php?option=com_content&view=article&id=423:2010-10-03-dragonniere-de-gaud-ardeche-07&catid=39:encours&Itemid=83

http://www.bfmtv.com/video-infos-actualite/recherche/recherche.php?word=eric+establie&order=2&actu=1&x=32&y=12

http://lci.tf1.fr/recherche/?query=eric+establie&x=77&y=17

http://videos.tf1.fr/sept-a-huit/heros-des-profondeurs-6102955.html

http://www.ledauphine.com/ardeche/2010/10/23/la-derniere-chance-pour-ramener-eric-establie

plongeurs03.gif

retour hommage

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire